Nos voyages

Newsletter






Aide à l'enfance - Sucre - Bolivie Version imprimable Saisir votre email 

ImagePartez travailler dans une centre d’accueil et de soutien éducatif pour les enfants et adolescents vivant et/ou travaillant dans la rue (Niños, Niñas y Adolescentes Trabajadores –NNATs) comme vendeurs ambulants, cireurs de chaussures, chanteurs de rues. Ce centre, géré par une ONG bolivienne, intervient dans la ville de Sucre depuis l’année 2000 comme Soupe Populaire et depuis 2003 comme Centre Educatif alternatif. Cette institution apporte ainsi son soutien à la population locale dans différents domaines et touche aujourd’hui près de 200 personnes.

 

ImageLes enfants qui se rendent au centre font partie des NATs, les enfants, adolescentes et adolescents travailleurs de la rue. Ils travaillent comme cireurs de chaussures, nettoient les tombes du cimetière, portent les bagages à la gare routière, lavent et gardent les voitures, vendent des journaux, des sacs en plastiques ou encore des sodas ou des empanadas (viennoiseries). La plupart proviennent de familles issues de la campagne à très faibles revenus, et qui viennent d'émigrer à la ville. Bon nombre de ces familles sont incomplètes et en crise. Les NAT's se voient obligés de travailler afin de répondre à leurs propres besoins ainsi qu'à ceux de leurs familles. Quelques uns ont quitté leur famille pour cause de chômage ou de problèmes d'alcool et de violence. L'âge des NAT's varie entre 6 et 18 ans; la majorité comprend entre 10 et 13 ans

Environ 200 NATs bénéficient du centre de façon irrégulière. En moyenne ils sont entre 30 et 40 à venir chaque jour.

Les Missions du Centre

Le Centre Educatif se conçoit avant tout comme un lieu de vie et de liberté où chacun peut venir participer aux différentes activités et ateliers proposés. Les objectifs du Centre sont :

  • ImageApporter une réponse aux besoins basiques des enfants et de leur entourage familial comme l’alimentation, la santé, l’éducation, le soutien social, le divertissement et l’enrichissement culturel et personnel.
  • Offrir un environnement propice à ce stade de la vie qu’est l’enfance, dans un esprit de respect mutuel, loin des pressions que les enfants subissent quotidiennement au dehors.
  • Développer la confiance et le respect d’eux-mêmes, renforcer leur identité culturelle pour qu’ils puissent affronter les difficultés de leur réalité et tenter d’améliorer leur vie.
  • Apporter des lieux et des opportunités de formation scolaire et professionnelle complètes et alternatives.
  • Sensibiliser la société aux raisons économiques et sociales qui conduisent à l’augmentation du travail des enfants en Bolivie.
  • Faire prendre conscience à la population de ses droits, de ses potentiels et de l’importance d’être acteur du changement.

Les actions du centre 

Aujourd’hui les activités du Centre Nanta couvrent de nombreux domaines dans lesquels vous serez susceptibles de vous investir en fonction de vos préférences et de vos compétences :

Image1. Alimentation & nutrition
La « Soupe Populaire » constitue la colonne vertébrale du Centre et fournit depuis sa création un déjeuner quotidien, du lundi ou samedi, aux enfants des rues qui pour beaucoup souffrent de carences et de malnutrition. Ce déjeuner est aussi suivi d’un service de thé dans l’après-midi d’une valeur de 50 centavos (5 centimes d’€ environ). Cette soupe populaire permet aussi de faire connaître l’institution aux des enfants qui peu à peu découvrent les autres services du centre comme l’accès aux douches, la pédagogie et les animations récréatives… pour finalement intégrer le centre et son programme.

2. La Santé
Etant donné le rythme et les conditions de vie dégradées (malnutrition, manque de soins, d’hygiène et méconnaissance de l’attention à porter à soi-même), les enfants et adolescents des rues ont beaucoup d’ennui de santé et leur situation économique ne leur permette pas d’accéder au système de santé bolivien. Concrètement, les actions du centre portent sur :

  • L’hygiène : mise à disposition des enfants d'un service de douche qu’ils peuvent utiliser jusqu’à 2 fois par semaine
  • L’Infirmerie : prise en charge des traitements à apporter à diverses maladies ainsi que des vaccinations et du programme de prévention sanitaire
  • Soins dentaires et oftalmologie en centre médical en fonction de la gravité des affections relevées

ImageCe travail est mené en coordination avec le CIES, institution qui aide le centre dans la conduite d’ateliers sur l’hygiène, l’éducation sexuelle, la prévention et fournit une attention médicale gratuite.

3. Soutien et aide à la formation et à l’éducation
Le centre a pour ambition de traiter l’ensemble de la problématique scolaire comme l’inscription, les difficultés d’apprentissage, la remise à niveau, le soutien et le renforcement dans certaines matières etc… De même elle tente de lutter contre l’absentéisme et les échecs répétés en allant à la rencontre des professeurs pour suivre la scolarisation des enfants. Ce soutien scolaire se traduit aussi par des initiations et formations à l’informatique et à l’internet. Dans le même esprit, le centre tente de travailler sur la réinsertion sociale directement avec les enfants qui ont intégré le centre mais aussi avec les familles de ces enfants ainsi qu’avec l’ensemble des organismes et institutions en lien avec l’enfance et l’adolescence (internats, collèges, police, conseillers juridiques, entreprises etc…)

4. Hébergement
La nécessité de proposer un hébergement (dortoir) s’est vite imposée pour les enfants dormant dans la rue, ce afin de leur éviter les risques inhérents à cette situation.

Image5. La culture et le sport
Le centre souhaite aussi insister sur le renforcement identitaire, le développement et l’épanouissement personnel. Des ateliers de culture ont été mis en place (peintures rupestres, céramiques, coutumes locales, quechuas, culture de la coca et/ou du quinoa, musique traditionnelle, transmission orale), ainsi que des ateliers de loisirs récréatifs comme le dessin, la peinture, la musique, ou toute autre activité permettant à ces enfants de développer leur créativité et leur expression personnelle. Dans le même esprit, du temps et des moyens sont consacrés aux jeux et au sport (football, volley ball, natation). Ces initiatives contribuent au bien-être psychologique de ces enfants qui n’ont pas les moyens de se divertir chez eux.

6. Orientation et professionnalisation
Un des objectifs majeurs du centre est de favoriser l’insertion et la réinsertion des enfants dans le monde du travail formel (à opposer à l’économie informelle dans laquelle ils vivent) pour leur permettre d’accéder à une autonomie financière dans la dignité et le respect d’eux-mêmes. Le programme de réinsertion professionnelle bénéficie aux adolescents de 16 ans et leur permet d’accéder à des formations professionnelles et/ou de les placer en apprentissage grâce à des relations nouées avec le tissu économique local.

ImageEtre volontaire

Le centre fonctionne actuellement avec 5 permanents et une dizaine de bénévoles locaux ou internationaux.

Il est attendu des bénévoles qu’ils participent à l’ensemble des ces activités dans la mesure de leur préférences et compétences. Toutes les initiatives sont aussi les bienvenues dans la mesure où elles contribuent à l’apprentissage et au développement (psychologique, social, familiale, personnel) des enfants et adolescents. Ainsi les personnes ayant une compétence dans des champs scolaires, sportifs ou culturels et artistiques sont chaleureusement invitées à les mettre en pratique dans la mesure où elles sont bénéfiques pour les enfants

Les durée des missions sont d'un minimum de 3 semaines / 1 mois.
 
ImageA son arrivée, le volontaire est guidé par le coordinateur. Pendant une période d'introduction au centre de 2 semaines à un mois, le volontaire pourra participer à la vie quotidienne du centre, et aller dans toutes les différentes activités afin de se faire une idée complète du travail réalisé au centre et pour apprendre à connaître les enfants.

En même temps, il est bon que le volontaire se promène dans la ville afin de découvrir les lieux de vie des enfants ainsi que la ville où il va habiter. Il lui sera aussi donné une information écrite par et pour le centre qui l'aidera à connaître mieux le contexte, tant général que spécifique à son secteur d'activité, dans lequel il sera amené à travailler.

Après sa période d'adaptation, le volontaire pourra commencer à travailler dans un secteur d'activité précis avec le soutien du coordinateur de son aire et du coordinateur général qui pourront l'aider à mieux appréhender le contexte socio-culturel environnant.

ImageCertains de ces postes requièrent des capacités spécifiques et surtout un espagnol approfondi! Toutefois certains (assistant en artisanat ou art plastique, chargé de maintenance, informaticien) ne le nécessitent pas et peuvent permettre à un volontaire de s'habituer au centre, aux enfants et à la langue avant qu'il ne prenne un autre poste. La langue peut souvent s'apprendre sur place, mais cela suppose alors un séjour du volontaire plus long (possibilité de suivre des cours d’espagnol à raison de 4h de cours le matin et de ne travailler qu’à mi-temps au centre.).

Conditions de vie

ImageSucre est une belle ville coloniale d'environ 220 000 habitants (capitale juridique du pays, nommée ville patrimoine de l'Humanité). La majeure partie de ses ressources économiques provient du nombre important d'étudiants qui y réside.

Le climat est tempéré: l'été (de décembre à mars) n'est pas trop chaud et l'hiver (de juin à septembre) est très doux, à l'exception de certaines nuits froides. La saison des pluies couvre l'été, et il ne pleut pas de l'hiver.

Pendant les week-ends, beaucoup de balades sont envisageables dans les environs de la ville et dans la campagne sucrénienne, pour découvrir de merveilleux paysages et une culture indigène très fortement ancrée. La langue parlée est l'espagnol d'Amérique du Sud, mais le Quechua est très présent aux alentours de la ville et surtout à la campagne.

Au cours de votre séjour vous aurez l’occasion de vivre chez l’habitant, au sein d’une famille bolivienne.